IHM : interface hommes-machine. S’agit-il là seulement d’un acronyme barbare dont se gargarise une communauté d’initiés pour désigner ordinateurs, téléphones portables et autres gadgets informatiques ?

Interrogeons-nous d’abord sur ce qu’est une interface. Le Trésor donne la définition suivante : “Surface de contact entre deux milieux”. Il s’agit là d’une définition “chimique” qu’il nous faut adapter au contexte qui nous occupe. Prenons quelques exemples de ce que nous appellerions des interfaces : une télécommande de télévision, une souris d’ordinateur, un interrupteur électrique, un capteur de mouvement… A première vue elles permettent donc d’actionner des objets tels qu’une ampoule, une porte, un lecteur de musique.

axeman Considérons un outil tel que la hache. Peut-on dire qu’il existe une interface entre moi et la hache lorsque j’en fais usage ? Non. Maintenant si je tente une expérience de télé-bûcheronnage : la hache est actionnée par un bras mécanique alors que je suis chez moi à diriger la manoeuvre sur ma Wii. Dans ces conditions je suis interfacé avec la hache. L’interfaçage a permis l’introduction d’une source d’énergie externe (celle qui actionne le bras), mais une tronçonneuse permet d’en faire autant. Pour reprendre les termes utilisés dans ce billet, l’augmentation du rendement informationnel ou l’origine de l’énergie employée ne sont donc pas caractéristiques de l’utilisation d’une interface. L’introduction d’une interface intervient en fait au niveau de la transmission à l’outil de l’information structurant la tâche réalisée (dans le cas de la hache il s’agit de la trajectoire).

La transmission d’information nécessite un support énergétique. Sans interface, la transmission est directe : dans le cas de la hache, le signal transmis, de type inertiel, passe des muscles à l’outils. L’interfaçage au contraire introduit une transduction : la nature du signal porteur de l’information est changée. Le signal inertiel est capturé par la Wii et transformé en signal électrique qui transmis au bras mécanique permet de contrôler la trajectoire de la hache. Ce contrôle s’effectue au travers d’une nouvelle transduction du signal électrique en signal inertiel (contrôle de vérins, ou autres dispositifs). Les signaux entrant et sortant sont ici de même type mais ils sont séparés par deux transductions.

Tentons finalement une définition de l’interface : “Une interface permet la transmission d’information entre deux systèmes par la transduction des signaux énergétiques qui en sont porteurs”. Qu’en pensez-vous ?

Publicités