WiredDans ce billet, l’everyware (ou intégration des fonctions d’affichage et de commande dans l’environnement) était pointé comme l’étape suivant la mobilité dans l’évolution des IHM. Une autre piste est cependant étudiée qui consisterait à améliorer les interfaces portables offrant, de la même manière que les interfaces pervasives, une surface de contact avec le monde numérique plus étendue.

Cette option consisterait à utiliser un affichage tête haute (soit des lunettes soit des dispositifs de projection rétinienne). Cette forme d’affichage ne permet pas une interaction directe comme sur un écran tactile. La fonction de commande passerait alors par de nouvelles formes d’entrée de données : EMG, gants de données,…

Chacune des deux alternatives présente au-delà des défis technologiques des contraintes fortes :

  • Les interfaces mobiles alourdissent l’utilisateur : il doit porter des dispositifs d’affichages, des capteurs, et par conséquent des ressources énergétiques. Le coté intrusif de cet équipement présenter un obstacle conséquent à l’adoption. Par ailleurs les dispositifs de commandes ne permettant pas des manipulations directes des données impliqueront l’utilisation d’un « langage corporel » (à la même manière de la langue des signes). Et comme tout langage celui-ci nécessitera un apprentissage, ce qui complique encore la diffusion de tels dispositifs.

  • Les interfaces pervasives alourdissent l’environnement : tous les objets de la vie quotidienne doivent incorporer des fonctions de commande et d’affichage. En découlent trois problèmes. Le premier est économique : lorsqu’on considère le coût d’équipement en fibre optique du territoire, qu’en serait-il de l’équipement de toutes les surfaces urbaines d’équipements everyware ? Le second est temporel : l’équipement de l’environnement ne peut se faire que progressivement, les services offerts seraient donc pendant limités à des ilots interactifs. Le troisième est celui de l’acceptation par les utilisateurs : si je préfère acheter une table en bois plutôt qu’un Microsoft Surface ?

L’avenir de l’IHM se situe probablement quelque part entre ces deux options.