1. J’ai découvert par Read Write Web le service Brighter Planet qui propose à chacun de mesurer son empreinte écologique et de la diminuer. Ce souci environnemental est de plus en plus présent, et le poids de ce critère dans les choix de consommation appelle au développement de ce service. La proposition de valeur de Hestia prenait en compte cet aspect. A ce sujet j’ai aussi découvert la plateforme de pré-commande du groupe Franprix, qui s’appelle Coursengo. Je pense que le design d’interaction pourrait être mieux pensé mais les possibilités offertes sont intéressantes.

  2. Mashable rapporte l’introduction sur AIM d’une fonctionnalité destinée selon moi à connaitre un échec dans la pratique actuelle de l’IM : la possibilité pour votre correspondant de voir le texte que vous écrivez au fur et à mesure que vous l’écrivez. Cette option change tout simplement la nature du service proposé, de la même manière que communiquer par répondeur interposé est différent de parler en direct. Cette modification du synchronisme de la communication (dont il avait été question dans un article précédent) doit s’accompagner de pratiques nouvelles. Comme le remarquait ce billet, les différents modes de communication sont amenés à être employé au sin d’une stratégie de communication, où chaque personne choisit quelle quantité de meta-données il souhaite fournir à son interlocuteur.

  3. A la suite des articles précédents sur l’utilisation des données transactionnelles il est frappant de constater les nombreux mouvements autour de la collecte de ces données de l’attention, alors que les modes de monétisation ne sont pas encore clairement définis. Dernièrement NewsGator a rendu ses lecteurs RSS gratuit en espérant qu’un maximum d’utilisateurs les adopterait, et ceci afin de récupérer leur données attentionnelles. Comment vont-ils ensuite récupérer leur investissement ? Des services offre déjà l’export des données APML mais à titre gratuit…