Un billet précédent a permis d’introduire la notion d’attention périphérique : il s’agit de la perception non consciente de signaux sensoriels. Des exemples ont permis de montrer comment elle pouvait être utilisée dans le cadre du management des tâches. Les IHM elles-mêmes sont censées permettre, au moins pour certaines, ce task management et améliorer le workflow.

La réalisation d’une tâche est le résultat d’une intention (« je veux réaliser telle tâche maintenant »). Il arrive de réaliser une tâche en première intention mais c’est loin d’être toujours le cas. On distingue alors 3 modes d’initiation de la tâche en « seconde intention ».

  1. Initiation procédurale : lorsque la tâche n’est pas réalisée en première intention, il en est pris note : en mémoire, dans un calepin, ou sur tout autre support, y compris IHM. La réalisation de la tâche nécessite alors une nouvelle intention qui est une intention de consultation du support où a été portée la note. La consultation du support, et de la note, permet de replacer la tâche dans le champ de l’attention. Et cela se concrétise par l’intention de réaliser la tâche, si le moment est approprié.
    L’intention de consultation de ses supports de mémorisation est généralement une habitude, voire une routine. Cette routine de consultation est initiée elle-même soit par une autre routine (« à la fin de chaque tâche je consulte ma liste ») soit par un évènement particulier (« je pars pour un mois » entraine la consultation d’une check list mentale  » fermer l’eau, le gaz, l’électricité, les volets,… »).
  2. Initiation automatique : l’aspect procédural est alors délégué. Il peut s’agir de votre secrétaire, d’une alarme pré-réglée, d’un mail automatiquement envoyé qui porte à votre attention la tâche à réaliser.
  3. Initiation indiciée : c’est un indice que vous avez perçu de manière involontaire (une croix au stylo sur le dos de la main, la photo de votre mari/femme sur le bureau,…) qui soit vous remet en mémoire la tâche elle-même soit déclenche l’intention d’interroger vos supports de mémorisation.

AttentionPériphérique

L’initiation indiciée a pour avantage un overhead limité et présente donc une plus grande flexibilité. L’initiation procédurale nécessite par exemple la mémorisation d’une note. La mémoire humaine étant ce qu’elle est, on s’oriente plutôt vers des supports physiques ou digitaux. L’overhead est alors constitué du coût de manipulation du support, du temps de rédaction de la note, etc… L’overhead comprend aussi le coût cognitif d’avoir à se souvenir de consulter ses notes. Ce coût est éliminé dans le cas d’une initiation automatique mais au prix d’un accroissement de la complexité de la note : il faut préciser quand l’alarme doit être donné, par quel moye, avec quelle fréquence elle doit être répétée, etc…

L’initiation indiciée permet de réduire cet overhead en se basant sur des indices qui sont des structures légères : une image, un son, etc… Un bon exemple d’initiation indiciée est le post-it. Souvent même il n’est pas nécessaire de le lire : on sait ce qui y figure.

Je vois dans cette initiation indiciée l’explication à la fameuse question : pourquoi certains préfèrent-ils avoir un bureau en désordre ? En effet lorsque tous les éléments et documents sont bien rangés ils ne fournissent aucun indice de leur utilité/fonction. Un bureau mal rangé optimise la surface du bureau pour afficher un maximum d’indices. Par extension une interface d’ordinateur classique avec une architecture d’information sous forme d’arbre hiérarchique est un très mauvais pourvoyeur d’indices. L’interface Bumptop, dont il fut question dans un billet recensant des interfaces innovantes, permet de retrouver la métaphore du bureau mal rangé avec des documents que l’on peut éparpiller, superposer de manière irrégulière, afficher au mur, dont on peut réduire ou augmenter la taille.

De mon point de vue l’indiciation est une des voies que doivent explorer les mondes virtuels. J’aurai l’occasion d’y revenir mais je pense que leurs spécificités les rendent particulièrement indiqués pour l’initiation indiciée des tâches.