Je vous livre ci-dessous un commentaire que j’ai laissé sur InternetActu. J’espère qu’il vous donnera envie d’aller consulter l’article original de Hubert Guillaud qui traité de l’acceptabilité de la vidéo, de ses usages, de son futur… Des sujets que j’ai abordés récemment et qui trouvent là un exemple pour les illustrer.

Comme le note Annie Gentès le rapport de la webcam à l’identité se situe sur un continuum dont les extrémités sont d’une part le marqueur pur et simple qu’est l’image (comme le nom, la voix,…) et d’autre part le vecteur de meta-données (expression faciale, indications sur l’environnement,…) qui enrichissent le message transmis. L’utilisation de webcam de ville filmant le lieu de vie d’un correspondant correspond exactement à une opération d’enrichissement de la communication avec des données contextuelles. Les projets Open Display et Instant Video Messenger relèvent de la même logique.

La vidéo nous font remarquer les auteurs est un usage qui n’a pas encore trouvé ses pratiques. Le plus compliqué me semble-t-il avec la vidéo est de faire émerger des expériences partagées : une communication implique la réciprocité, il faut donc que l’utilisation de la vidéo résulte d’une volonté commune a priori et implicite. Comme il est noté dans l’article, le refus explicite d’utilisation de la vidéo par l’un des interlocuteurs envoie un signal.

Cette difficulté à s’accorder sur l’utilisation de la vidéo est lié à l’importante quantité de meta-données que celle-ci convoie. Une communication « riche » crée, comme je le fais remarquer dans un billet « Choix social d’un mode de communication », des obligations sociales (du fait de convention de politesse qui s’appliquent là où elles n’ont pas lieu d’être dans une communication plus « pauvre »). Il peut en résulter un sentiment d’intrusivité ou d’obstructivité.

La vidéo est donc une modalité possèdant une expressivité très forte, elle est donc difficile à utiliser dans une stratégie sociale de communication. On peut cependant s’attendre à ce que de nouvelles conventions se créent autour de son usage, à ce qu’elle trouve sa place au milieu des autres modes de communication pour servir des pratiques/expériences particulières.